• USG

Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu : l’Eglise sera plus riche avec ce chapitre

Traditionnellement, les chapitres généraux sont modérés par un accompagnateur religieux extérieur. Pour ce 69ème chapitre, c’est le Père David Glenday, missionnaire combonnien et ancien secrétaire général de l’Union internationale des supérieurs majeurs, qui accompagne les frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Rencontre.

Père David, comment vit-on le chapitre général d’une autre congrégation que la sienne, qui plus est en tant que modérateur ?

Je suis bousculé par une multitude de sentiments ! L’honneur déjà, de la confiance qui m’est faite par les frères. Un sentiment d’appréhension également, face à la responsabilité qui m’est donnée. C’est la quatrième fois que j’accompagne un chapitre général pour une autre congrégation que la mienne. Je suis monté dans la barque avec les frères, maintenant nous quittons le port et nous verrons où les vents et les courants nous porteront. J’ai commencé à tisser des liens avec les frères il y a 2 ou 3 ans et j’ai eu la joie de vivre des moments importants avec eux. Le Seigneur nous guide et l’expérience me fait dire qu’il nous conduit souvent de manière inattendue.

Quels sont les défis d’un chapitre général ?

Je dirais que le principal défi est de trouver la manière de vivre notre charisme dans un monde en mutation permanente. Je n’ai pas de doutes sur l’actualité du charisme de l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu. Il répond à de nombreuses problématiques actuelles au sein de notre société. Le défi est d’arriver à discerner comment le vivre. Comment gérer des institutions devenues si grandes ? Comment répondre aux politiques sanitaires de plus en plus complexes ? Comment faire face aux différences culturelles si importantes au sein de l’Ordre, d’une partie à l’autre du monde ?… Un chapitre général, c’est une opportunité mais dont rien n’est garanti à l’avance. D’où l’importance de le vivre dans la prière et la pleine confiance en Dieu. Une écoute attentive de ce que l’Esprit Saint veut nous dire est primordiale, associée à une rencontre des cultures pour éviter de rester dans l’entre-soi.

Une attitude pas forcément évidente au sein d’un Ordre présent dans 54 pays !

Je suis touché par cette diversité culturelle au sein de l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu. C’est déjà un miracle en soi qu’on arrive à travailler ensemble avec autant de diversité ! Ce n’est pas forcément évident ni même confortable de passer d’une langue à l’autre en permanence ou d’avoir les écouteurs vissés sur les oreilles pendant des heures d’affilée… Mais je trouve qu’il y a de bons prémices. Maintenant il faut prier et faire confiance. L’Esprit Saint nous dit que chacun de nous est fait pour l’autre. Ce chapitre est une belle opportunité pour nous le rappeler et soutenir l’Ordre dans sa mission de faire le bien auprès des plus fragiles.

Vous insistez beaucoup sur la prière. Il est intéressant de voir que de nombreux messages arrivent du monde entier de frères et de collaborateurs, s’unissant à la prière des capitulants !

C’est très important cette communion de prière universelle, elle est source de force et de lumière pour l’Ordre hospitalier en cette occasion importante pour son histoire. Il y aura forcément des moments de joie, mais aussi des moments plus difficiles au cours de ce chapitre. Ce sentiment de communion est indispensable. Il nous dit que le charisme de la famille hospitalière n’est pas que la propriété de certains, c’est un don fait à l’Eglise et au monde. Et cette participation des frères et collaborateurs à travers le monde est un don. L’Eglise sera plus riche avec ce chapitre, j’en suis convaincu.

Source : capitologeneralefbf2019.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image