Les Universités ecclésiastiques, « laboratoires providentiels » de la sortie missionnaire de l’Eglise pour le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

La mémoire des débuts de l’Université urbanienne « est celle des débuts de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et dans le même temps sa projection. Dans l’avenir missionnaire dessiné par le Pape François dans la Veritatis gaudium, l’une et l’autre ressentent la responsabilité envers les nouvelles générations d’ouvrir une nouvelle saison de fidélité à l’universalité de l’Evangile du Christ et de fidélité à l’aspiration des hommes à leur bien commun le plus élevé ». Telles sont les paroles de S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et Grand Chancelier de l’Université pontificale urbanienne prononcées ce matin dans son intervention au cours de l’Acte académique accompli à l’occasion de la Fête patronale de l’Université, en la Solennité de l’Annonciation du Seigneur. La fête a été dédiée au thème : « Jeunes pour une Eglise en sortie missionnaire ».
Dans son discours sur « Evangélisation et formation universitaire. Actualité de l’intuition fondatrice de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples », le Cardinal Filoni est parti d’un certain nombre de considérations sur le visage actuel de l’Eglise et du monde. « Malgré des programmes énoncés et des initiatives entreprises – a-t-il souligné – dans l’Eglise se renforce actuellement la conscience des graves risques portés par le pessimisme, la résignation et même par le renoncement à l’œuvre de transmission de l’Evangile aux peuples dont les cultures et les traditions semblent, à leur tour, ployer sous le poids des changements excessifs et capillaires produits tant par les nouvelles technologies que par les processus économiques et financiers nouveaux et complexes. De par le monde, règne désormais la mondialisation des choses humaines. Les effets contradictoires qui caractérisent le monde d’aujourd’hui requièrent un devoir prenant de discernement ainsi que la mise au point de solutions praticables. « Il est de votre devoir – a-t-il déclaré – et du nôtre également de tenter de comprendre comment et pourquoi évangélisation et études supérieures doivent se confirmer dans leur fécondité réciproque ».
Le Cardinal Filoni s’est par la suite attardé sur le lien entre évangélisation et formation universitaires, mis en évidence par la Ratio fundamentalis Sacerdotalis du 8 décembre 2016 : « On doit au Pape François la détermination à faire confluer le système désormais consolidé des études ecclésiastiques au sein du processus de la transformation missionnaire d’une Eglise en sortie… Le Saint-Père a expressément demandé que le renouvellement du système des études ecclésiastiques joue un rôle stratégique dans la préparation de tout le Peuple de Dieu à opérer cette transformation… Concrètement, les Universités ecclésiastiques sont sollicitées à s’organiser comme des laboratoires providentiels de la sortie missionnaire de l’Eglise ».
La demande d’espérance de la part des individus, des cultures et des peuples, qui se lève du monde lacéré et confus d’aujourd’hui fait ressentir l’urgence de « rechercher des chemins adéquats en vue de raviver le dynamisme missionnaire des croyants au Christ, le Sauveur et le salut de tout homme et de l’humanité entière ».
Par la suite, le Grand Chancelier de l’Université pontificale urbanienne s’est attardé à réfléchir sur les jeunes, depuis toujours porteurs des besoins d’avenir, jeunes dont le nombre, à l’échelle mondiale, n’a jamais été aussi élevé. « Il n’est pas rare que l’on considère le monde des jeunes sans sympathie ou avec crainte – a-t-il affirmé – et que l’on en mette en évidence la dangerosité réelle et imaginaire. Le problème est que la question juvénile, dont l’existence est indéniable, ne peut être réduit à une question économique ou de nature politique et idéologique alors qu’elle est en revanche une question anthropologique sérieuse et vitale en vue d’un avenir digne de « tout homme et de l’humanité ». En de nombreuses circonstances, le Pape François a souligné la nécessité d’un protagonisme majeur des jeunes, réaffirmant sa confiance en eux dans le contexte de la formation des disciples missionnaires, ainsi qu’en témoigne la convocation d’un Synode dédié au monde juvénile.
Le Cardinal Filoni a ensuite mis en évidence le fait que « le lien entre évangélisation et formation universitaire fut à l’origine de l’histoire missionnaire de la Sacrée Congrégation de Cardinaux de Propaganda Fide, dont a hérité l’actuelle Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. En citant les principaux documents historiques, le Cardinal a mis en évidence combien, depuis le début, les maîtres et les disciples du Collège urbanien, le Secrétaire et les Cardinaux de la Congrégation De Propaganda Fide, en pleine synergie, donnèrent vie à un système missionnaire d’études ecclésiastiques très proche du système indiqué dans la Veritatis gaudium du Pape François, à savoir « une sorte de laboratoire providentiel dans lequel l’Eglise s’exerce à l’interprétation performative de la réalité… ». « Si l’intuition fondatrice de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples – a-t-il conclu – est vue dans cette organicité extraordinaire de la dynamique missionnaire concrétisée dans l’œuvre synergique d’entités complémentaires, il ne nous sera pas difficile d’en considérer la féconde actualité ».

Source : fides.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA ImageChange Image